Mouton d'Ouessant : La Bergerie d'Inès

"Puisque le vieux mouton d'Ouessant a subi une sélection par la couleur noire, c'est qu'il en possédait d'autres"

   Nov 18

La queue de la comète (1)

Je lance une hypothèse………jusqu’aux étoiles.

Celle qui, dans le futur, verrait nos petites brebis n’agneler que d’agneaux génétiquement “Faded”.  Ce dernier type ayant alors envahis les génotypes couleurs des moutons dits “originels” (comprendre par ce qualificatif, dont je réfute jusqu’à l’idée, les “vrais moutons d’Ouessant“).   (lien pour compréhension).

La population du Ouessant s’exprimerait alors sous deux formes, ou trois formes à considérer comme “originelle” la couleur brune.

"Agnello De" des lutins du Montana

“Agnello De” des lutins du Montana. Faded sur base brune (Bb/Bb – Aa/Aa – Ff/Ff)

ENAK de la bergerie d'Inès

ENAK de la bergerie d’Inès. Faded sur base noire (B+/B+ – Aa/Aa – Ff/Ff)

NOA de la bergerie d'Inès Blanc (B+/B+ - Awt/Awt - Ff/F?)

NOA de la bergerie d’Inès
Blanc (B+/B+ – Awt/Awt – Ff/F?)

Nous verrions en concours et sur la pâture des sujets noirs décolorés, bruns décolorés et blancs, peut être même plus blanc que blanc, ainsi qu’aiment à les imaginer d’autres encore.

Cette hypothèse de l’envahissement du “Faded” n’est ni une utopie intellectuelle, ni un fantasme irréalisable. Les caractères récessifs sont au moins aussi faciles et rapides à diffuser que les caractères dominants, à considérer une sélection orientée. Et puis tant de races ovines sont déjà passées par là.

Mais alors, nous aurions perdu définitivement notre petit mouton noir  ????

Aie, ça pique !!!!

Je ne connais qu’un seul remède à la disparition du mythe du mouton noir………….

L’introduction, l’absorption, la dilution d’un mouton noir “étranger” hétérozygote FF/Ff et mieux encore d’un mouton noir “étranger” homozygote au locus Faded (FF/FF). Alors génération après génération, suivant un travail de sélection méticuleux, il serait possible de façonner des sujets noirs homozygotes au locus Faded (FF/FF). C’est à dire d’orienter la sélection vers un morphe Breton s’éloignant à jamais du morphe du bélier étranger, tout en excluant les expressions du “Faded”.

Mais ou trouver ce mouton noir étranger ?

Dans la queue de la comète, pardi !!!! 🙂   (fouillele lien).

Si possible, le choisir au sein d’un type ovin comparable au Ouessant, ils ne manquent pas ! (Breeds and Landraces). Partageant avec lui une partie de l’histoire ancienne de ses origines, sa taille modérée, sa queue courte, l’absence des cornes chez les brebis, sa rusticité, etc ….

Ces moutons d’Ouessant noirs obtenus après disons 8 générations de dilution en direction d’un morphe Breton, c’est à dire possédant 0,39% des gènes du mouton noir “étranger”, auraient ils perdu leur glorieux titre de “mouton Originel” ?

Qui peut bien affirmer qu’après un siècle de vie continentale, sans presque aucune maîtrise avérée de reproduction orientée (hors lignée Mayennaise possédant par ailleurs du sang étranger), les moutons “originels” sur lesquels les pionniers du GEMO bâtirent la “race”, ne possédaient pas un pourcentage de race étrangère en eux ?  Qui peut affirmer cela  ?

Sans compter que pour avancer l’affirmation du mouton “originel”, c’est à dire celui de 100%, il faudrait clairement en définir le contenu dans sa globalité, en étayer et en expliciter les raisons, enfin c’est ce que ferait toute personne censée, logique, honnête.

%c2%b2queue

Allez bon, tout ceci n’est qu’une hypothèse stellaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *